De combien d'enseigants de Dieu est-il besoin pour sauver le monde?

La réponse à cette question est : un. Un enseignant entièrement parfait, dont l'apprentissage est complet, suffit. Celuilà, sanctifié et rédimé, devient le Soi Qui est le Fils de Dieu. Lui qui a toujours été entièrement pur-esprit ne se voit plus maintenant comme un corps, ou même comme étant dans un corps. Par conséquent, il est sans limites. Étant sans limites, ses pensées sont jointes à Celles de Dieu pour toujours et à jamais. Sa perception de lui-même est basée sur le Jugement de Dieu et non sur le sien. Ainsi il partage la Volonté de Dieu et il apporte Ses Pensées aux esprits encore illusionnés. Il est un à jamais, parce qu'il est tel que Dieu l'a créé. Il a accepté le Christ et il est sauvé.

C'est ainsi que le fils de l'homme devient le Fils de Dieu. Ce n'est pas réellement un changement; c'est un changement d'esprit. Rien d'extérieur n'est autre, mais tout ce qui est intérieur ne reflète maintenant que l'Amour de Dieu. Dieu ne peut plus être craint, car l'esprit ne voit aucune cause de punition. Les enseignants de Dieu semblent être nombreux, car c'est cela qui est le besoin du monde. Or étant joints en un seul but, un but qu'ils partagent avec Dieu, comment pourraient-ils être séparés les uns des autres? Quelle importance s'ils apparaissent alors sous de nombreuses formes? Leurs esprits ne font qu'un; leur jonction est complète. Et Dieu opère maintenant par eux ne faisant qu'un, car c'est ce qu'ils sont.

Pourquoi l'illusion du nombre est-elle nécessaire ? Seulement parce que la réalité n'est pas compréhensible aux illusionnés. Il n'y en a que très peu qui peuvent entendre la Voix de Dieu, et même eux ne peuvent communiquer directement Ses messages par le Pur-Esprit Qui les a donnés. Ils ont besoin d'un moyen par lequel il devient possible de les communiquer à ceux qui ne se rendent pas compte qu'ils sont pur-esprit. Un corps, ils peuvent le voir. Une voix, ils la comprennent et l'écoutent, sans la peur que la vérité rencontrerait en eux. N'oublie pas que la vérité ne peut venir que là où elle est accueillie sans peur. Ainsi les enseignants de Dieu ont-ils besoin d'un corps, car leur unité ne pourrait pas être reconnue directement.

Or c'est de reconnaître le but réel du corps qui en fait des enseignants de Dieu. À mesure qu'ils avancent dans leur profession, ils deviennent de plus en plus certains que la fonction du corps est uniquement de laisser la Voix de Dieu parler par lui à des oreilles humaines. Ces oreilles porteront à l'esprit de l'auditeur des messages qui ne sont pas de ce monde, et l'esprit comprendra à cause de leur Source. De cette compréhension viendra la re-connaissance, en ce nouvel enseignant de Dieu, de ce que le but du corps est réellement; la seule utilité qu'il ait réellement. Cette leçon suffit pour laisser entrer la pensée d'unité, et ce qui est un est reconnu pour un. Les enseignants de Dieu paraissent partager l'illusion de séparation, mais à cause de l'usage qu'ils font du corps, ils ne croient pas en l'illusion malgré les apparences.

La leçon centrale est toujours celle-ci : ce pour quoi tu utilises le corps, c'est ce qu'il deviendra pour toi. Utilise-le pour le péché ou pour l'attaque, ce qui est la même chose que le péché, et tu le verras pécheur. Parce qu'il est pécheur, il est faible; et étant faible, il souffre et il meurt. Utilise-le pour apporter la Parole de Dieu à ceux qui ne l'ont pas, et le corps devient saint. Parce qu'il est saint, il ne peut pas être malade, pas plus qu'il ne peut mourir. Lorsque son utilité est terminée, il est mis de côté et c'est tout. L'esprit prend cette décision, comme il prend toutes les décisions qui sont responsables de la condition du corps. Or l'enseignant de Dieu ne prend pas cette décision seul. Faire cela serait donner au corps un autre but que celui qui le garde saint. La Voix de Dieu lui dira quand il aura rempli son rôle, tout comme Elle lui dit quelle est sa fonction . Il ne souffre ni de s'en aller ni de rester. La maladie est maintenant impossible pour lui.

Unité et maladie ne peuvent coexister. Les enseignants de Dieu choisissent de regarder les rêves un moment. C'est un choix conscient. Car ils ont appris que tous les choix se font consciemment, en sachant pleinement quelles sont leurs conséquences. Le rêve dit autre chose, mais qui mettrait sa foi dans les rêves une fois qu'ils sont reconnus pour ce qu'ils sont? Prendre conscience de rêver est la réelle fonction des enseignants de Dieu. Ils observent les figures du rêve aller et venir, passer et changer, souffrir et mourir. Or ce qu'ils voient ne les trompe pas. Ils reconnaissent que de voir une figure de rêve comme malade et séparée n'est pas plus réel que de la regarder comme saine et belle. Seule l'unité n'est pas chose de r ê v e s . Et c'est elle que les enseignants de Dieu reconnaissent comme étant derrière le rêve, au-delà de toute semblance et pourtant leur appartenant assurément.